image environnement

L’huitre et l’environnement : un équilibre naturel

L’huitre est très attachée à son environnement, dans tous les sens du terme.

Véritable sentinelle de la qualité des eaux

La conchyliculture, dernier utilisateur des eaux continentales avant la mer, est dépendante de la qualité des eaux qui s’écoulent des terres  jusque sur nos côtes. Elle subit donc directement les pollutions extérieures.

De par son mode d’alimentation, le coquillage bivalve filtreur qui se nourrit de son environnement immédiat et ne se déplace pas est la sentinelle la plus efficiente de la qualité sanitaire des milieux.

L’ensemble de la filière et des pouvoirs publics sont donc extrêmement vigilants sur la qualité de leur production et donc aussi de la qualité des eaux.

Une ressource pour tout le milieu aquatique

L’huître qui filtre l’eau pour se nourrir contribue à diminuer la densité des particules en suspension.

L’éclaircissement des eaux est favorable au développement des herbiers de zostère, lieu de reproduction, d’alimentation et d’habitat pour de nombreuses espèces.

Les supports d’élevage conchylicoles forment des récifs sur lesquels un grand nombre d’espèces animales et végétales se développent.

Ils participent ainsi à accroître la biodiversité des zones estuariennes et littorales (éponges, ascidies, vers polychètes, limaces…).

La conchyliculture est le seul élevage 100 % naturel !

A l’exception du stade larvaire qui peut être réalisé en écloserie, toutes les phases d’élevage s’effectuent en milieu ouvert.

L’ALIMENTATION DES ANIMAUX EST NATURELLE

De l’élevage à la récolte des coquillages, ni médicament, ni produit chimique n’est utilisé.

Le coquillage pompe l’eau de mer pour capter les particules, naturellement présentes dans l’eau, nécessaires à son alimentation et l’oxygène indispensable à sa respiration.

Pour tout savoir : www.cnc-france.com